Vous êtes ici

Aven De L'Hydropathe & Du Closquet - Opoul

date de la sortie: 
Dimanche, 1 Octobre, 2017
zone géographique: 
participant: 
Jean-Paul, Éric, Danielo, Pierre

Ensoleillé avec de la tramontane et en fin de journée couvert.

JP entrevoit d'aller visiter l'aven de l'Hydropathe (à Opoul/ Fitou) en se renseignant lors des réunions du vendredi puisqu'il n'existe pas de topographie, sur les difficultés et les équipements indispensables.

Ceux qui l'ont visité nous décrive au tableau noir la forme de l'aven et les points essentiels d'accrochages.
- Le descriptif est comme une bouteille avec un goulot à l'entrée, puis, évasée comportant une grande salle immense.
- La profondeur est de 70 m et pour atteindre la partie évasée il faut penduler pour atteindre une faille, d'où la difficulté de stabilisation.
- Les endroits où se trouvent des spits pour pouvoir fractionner la descente..

Tout cela nous réjouit d'avance devant les difficultés et les perspectives d'entrevoir la vaste salle qui enveloppe le puits.

Effectivement sur place, l'entrée nous semble intéressante, le puits est de plein pied sans aucun palier et d'un diamètre de 3 à 4 m tout en arrondi.
On ne peut voir le fond tellement la profondeur que l'on nous indique de 70 m donne le vertige.

C'est beau et Impressionnant !!!

Éric se lance pour équiper les parois en mettant en place une déviation à – 6 m et atteint le fond sans sans autre accrochage, cela suffit largement.

Le fond est rocailleux avec des caillasses. On voit 2 désorbes qui n'ont aucune suite, un triton marbré, un crapaud et une petite grenouille nous tiennent compagnie.
Ont-ils des ailes pour descendre les 70 m de verticale ?

Éric, rapide comme un Cabri remonte à toute allure alors que nous autres nous appréhendons ces 70 m sans palier. Cela nous essouffle d'avance puisque nous n'avons pas eu de telle profondeur à pratiquer.

A la sortie les commentaires sur la remontée « ce n'est pas si difficile que cela » puisque nous avons des temps de repos. Ouf !!!

Mais chacun doute de la profondeur réelle que l'on nous avait spécifié (70 m ?). Donc avec un télémètre et 2 repères sur la corde sur la totalité de la longueur ; nous évaluons la profondeur du puits.

Chacun mise sur le résultat, cela donne 45 m et JP par modestie rajoute 1 m soit 46 m au total.
Ont est déçu, ce n'est pas notre record de remontée. Nous l'aurait-ont surdimensionner ?

Seul Éric redescend afin de prospecter la zone évasée en pendulant vers la vaste salle. Dans tous les recoins pas de suite d'une galerie ou d'un puits et se termine dans une étroiture en faille.

Là aussi on pensait voir une vaste salle en arrondi sur une quinzaine de mètre mais comme dit JP plutôt comme une bouteille plate d'Armagnac.
(sur le tableau noir cela trompe énormément en 2 D et non en 3 D).
Toutefois c'est immense et impressionnant !!!

L'ensemble de l'aven est très peu concrétionné.

Après restauration JP et Danielo nous entraînent vers l'aven du Closquet qui se trouve à 300 m de l'Hydropathe.

Détaillé sur le blog:
- Par François lors de leur sortie du 20-07-2014 + 07-09-2014
- Par Jacques le 14-09-2014
- Et récemment celui de JP/Papix du 25-06-2017

L'ouverture est grande avec un puits d'une dizaine de mètre pour aboutir dans une salle. Dans une partie de celle-ci quelques désorbes sans suite.
A l'opposée on voit un petit tunnel tortueux qui a été travaillé par de très gros burinage.

Ouf ouf, que de boulot, chapeau !!!

Ce qui permet d'atteindre une descente du second puits de quelques mètres jusqu'à une très petite lucarne ( ~ 25x40 cm de côté) que seul Nico en sont temps a pu passer.
Éric tente de s'y engouffrer mais y renonce par le fait de « comment ressortir ? ».

Seule une salle est concrétionnée mais la partie inférieur est identique à l'aven « Tres Creus – Les 3 croix » à 500 m de là.
Des galeries tortueuses dont les parois sont tapissées d'une parure de concrétions agressives cristallisées en excroissance au ras de la roche.
On peut les identifier à des coraux dans la mer mais sans la diversité de couleurs (Dommage, seulement de la couleur marron).

L'équipe ressort ravie de cette journée de découverte.

Le retour sur Opoul s'effectue avec un arrêt à l'aven des pétales (à côté de l'aven des Amandiers) pour constater que ce dernier a été débouché suite à un bouchage volontaire.
Éric nous en décrit ce qu'on pourrait y découvrir et cela nous inspire. JP prévoir de retenir une date à venir.

Fiche de cavité des 2 avens et la géolocalisation sur le site ESR et le Closquet sur QPST 2003/2004
JP effectue une topo simplifiée de l'Aven de l'Hydropathe.